les voies musicales 2019

Récapitulatif de l'événement

En tant que compositeur/beatmaker, énormément de choix de carrières sont ouverts à toi et avec les bonnes informations, tu peux même en vivre convenablement.

Malheureusement en Belgique, voire même en francophonie, on ne parle pas souvent argent dans la musique ou en tout cas pas avec un bon état d’esprit et on ne donne pas assez la parole aux architectes de l’ombre (compositeurs, producteurs, sound designer, ingé son,…) pour qu’ils nous racontent la réalité du terrain.

Je suis persuadé que si autant de compositeurs/beatmakers galèrent financièrement et ne se sentent pas à leur place c’est à cause d’un manque d’informations niveau business et le fait de ne pas voir assez d’exemples variés de réussites.  C’est une évidence que tout le monde ne rentre pas dans les mêmes chaussons. Cet événement est une solution à ces deux problèmes.

LES INTERVENANTS

S’informer à la source

Dans la première partie de cette journée workshop, plusieurs experts prendront la parole pour aborder l’aspect financier de la musique et répondre à la question, comment les compositeurs gagnent leur vie.

Ioan Kaes (Droits d’auteurs et droits voisins)

Ioan Kaes est conseiller chez Playright (une organisation qui gère les droits d’auteurs et droits voisins d’artistes dans plus de 20 pays).

Il va parler de la différence entre droits d’auteurs et droits voisins, quel est leur fonctionnement et comment en bénéficier. 

Asaiah (Importance du positionnement artistique)

Producteur et ingé-son, Asaiah est un artiste avec de la bouteille. Il a travaillé avec des artistes comme Joke, Kekra ou encore Jul.

Il nous parlera de l’importance du positionnement artistique pour chaque compositeur. Qu’on le veuille ou non, les gens nous mettent dans des cases alors autant choisir dans laquelle on se trouve.

Des exemples variés de réussite

Dans la seconde partie de la journée, des compositeurs qui ont choisi des chemins différents viendront parler de leur parcours, leur métier, comment ils en vivent.

Thomas Vaquié (Composition à l’image et design sonore)

Thomas Vaquié est un compositeur et sound designer pour des films, documentaires et des installations de mapping. Il a travaillé avec Jay-Z (installation ATOMS) et NTM (Concert Paris Bercy 2018).

Dans son workshop, il nous parlera de la composition à l’image et du design sonore à travers un de ses projets. Riche de plus de 10 années de collaboration avec des artistes visuels, il pourra démystifier sa profession que très peu de personnes connaissent vraiment.

Glenn Keteleer (Djing & Improvisation Live)

Glenn Keteleer est un producteur et Dj electro/techno qui a joué sur des scènes comme Pukkelpops et tourné en Amérique avec le groupe « Lords of acid ».

Envoyé par Ableton, il parlera de son métier à travers la déconstruction d’une de ses compositions. Ensuite il nous montrera comment il intègre l’improvisation et ses synthés modulaires dans ses performances Live. 

J.B Bouchard (L’entreprenariat dans la musique)

J.B est un compositeur, ingé-son et consultant. Il est l’exemple parfait de l’entrepreneur aventurier qui s’est fait son chemin à la dure et qui heureusement pour nous est toujours en vie pour nous partager ses aventures et nous épargner le pire. Il est aussi administrateur du groupe Secrets de beatmakers : le plus grand groupe Facebook francophone de beatmaking. 

D’AUTRES ANNONCES À VENIR

Écoute. Échange. Network.

« Les voies musicales » est un événement qui a pour but de connecter de jeunes compositeurs avec des experts de l’industrie de la musique qui leurs donneront des outils pour se professionnaliser et vivre de leur musique.

  • Découvre des possibilités de carrière que tu n'imaginais pas
  • Apprend comment les compositeurs sont rémunérés (droits d'auteurs, droits voisins,...)
  • Pose tes questions brûlantes à des professionnels de l'industrie de la musique

LIEU DE RENDEZ-VOUS

L’Ancienne Belgique est un lieu mythique pour les concerts à Bruxelles mais peu de gens savent qu’on peut aussi y trouver des salles magnifiques pour des événements en plus petit comité. Étant fan des conférences organisé par Red Bull Music Academy , j’ai eu un coup de foudre en voyant cette salle. Elle s’appelle AB Salon et j’espère vous y retrouver. 

📍 Adresse : Ancienne Belgique, Boulevard Anspach 110, 1000 Bruxelles

COMMENT S’Y RENDRE ? 

AB Salon | Boulevard Anspach 110, 1000 Bruxelles

MERCI À NOS SOUTIENS

Zeezafana

Zeezafana

C’est un amoureux de la musique avant tout, puis un chanteur, auteur & compositeur ensuite. Grâce à ses parents mélomanes et ses frères et sœurs. Il grandit bercé par des musiques en tout genre. La sienne se rapproche de la House, Afro-House ou la Pop et en même temps elle s’éloigne de toutes ces cases.

Ajoutez votre titre ici

CRÉDITS :
ÉMISSION JOURNEY OF A BEAT (EP.40) COMPOSITEUR MESSOINS ARTISTE ZEEZAFANA RÉAL/ÉDITING MESSOINS PRODUCTION BEAUXSONS

SES PROJETS :

Zeezafana murir jeune messoins
Mûrir Jeune (EP)

Meet The Artist

Interview pour décrouvrir la personne derrière l’artiste.

Lire la vidéo

Donc, moi c’est Yousra. Je suis une membre active du médias Alohanews. Je suis éducatrice de formation : éducatrice spécialisée. Et j’ai un faible pour l’écriture. En gros c’est ça. J’ai fait pas mal de scènes aussi, parce que j’étais comédienne. Et j’ai aussi écrie des spectacle, des pièces de théâtre.

Je crois que c’est parce que je suis enfant unique. Et quand t’es enfant unique, tu crée des activités etc. Et moi l’écriture ça a toujours été un moyen de communique, un éxutoire tu vois. C’est des pulsion, du coup t’as envie d’écrire quand ça ne va pas, quand ça va bien. Surtout quand ça ne va pas. Et du coup, quand on lit ton texte, je n’ai pas forcément ce à quoi tu pensais quand tu l’a écrit. Et du coup tu veux imager ça, et quand tu veux imager t’arrive à la scène, je sais pas dessiner donc du coup autant interpréter directement. Et voilà, c’est un peu tout ça. Aujourd’hui l’écriture, j’arrive à faire passer les images que j’ai en tête, j’arrive à le faire passer plus ou moin bien dans mes textes.La scène, la photographie et le spectacle sont une manière d’imager ce que j’ai envie de faire passer comme message.

Tout part de l’écriture en fait. Si un jour je me mets à la photographie, ça sera forcément lié à l’écriture. Si je monte sur scène, ça sera forcément pour interpréter quelque chose. Même s’il y a un texte qu’on va m’imposer, si je n’y suis pas semsible… donc il y a toujours un rapport à l’écriture qui est important. Même quand on va clipper quelque chose. Il y a un rapport à l’écriture qui est important. Je vais écouter un son, mais j’ai besoin aussi de lire les paroles. Détachée de la musique, j’ai besoin d’avoir une relation directe avec l’écriture et les mots. Ca c’est certain !

C’est peut-être la manière de s’exprimer la plus puissante et violente pour moi. Le silence. Je suis quelqu’un qui parle énormeément, j’adore parler. Mais quand je parle pas, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Ou alors c’est que je suis dépassée. Même par un sentiment de joie intense, dés fois je ne vais plus réussir à parler et du coup, le silence est pour moi l’apogé de l’émotion. Qu’elle soit triste ou qu’elle soit joyeuse. Du coup, sur scène aussi le silence est important parce que tu tiens les gens en tension. Il y a des moments, quand j’assite à des pièce de théâtre, ces moments ou tout le monde a le souffle coupé. On attend la suite, on est comme ça [interprétation de soufle coupé]. Et puis après ça redescent parce qu’on vient mettre des mots la dessus. T’as limite envie de dire, ALLER ! DIT LE ! Et du coup, c’est vrai que c’est quelque chose que j’utilise énormément (le silence) dans mes textes et dans les préstation aussi que je fais. En tout cas j’essaie, parce que c’est vrai que les silences parfois me font peur aussi. C’est paradoxale. J’adore les silences mais en même temps les silences me font peur et du coup j’ai tendance à parler très vite, à dire plein de choses en même temps etc. Mais c’est vrai que les silence, j’éstime que c’est quelque chose de super important. Et j’y accorde énormément d’importance.

Je suis complètement cinéphile. Moi j’adore le cinéma. Je peux regarder 4-5 films en un jour, il n’y a aucun problème. Parce qu’effectivement, il y a tout. Tu peu y mettre de la musique. Mais on peut aussi faire ça sur une scène de théâtre. Tu peux y mettre de la musique, tu peux y mettre du silence, tu peu y mettre des poèmes. Mais c’est vrai que le cinéma a quelque chose de plus complet. Mais je suis plus sensible au théâtre parce que c’est quelque chose de vivant. C’est à dire que le moment ou tu monte sur scène, c’est à chaque fois une nouvelle expérience. Alors que le cinéma, c’est quelque chose que tu éteint. Une fois que le film est fini, ça y est. L’émotion elle y est figée. Alors que quand tu viens au théâtre, tu y viens avec ce que tu es. Tu es pleinement toi. Si t’as passé une mauvaise journée, si t’as reçu une mauvaise nouvelle ou que sais je. Il va falloir que tu montes sur scène et que tu donne tout. Alors qu’au cinéma, tu coupe. « Ah aujourd’hui je n’suis pas très bien, vas-y on va couper, on refera demain ». Le cinéma me fascine. Mais en tant que spectatrice. par contre le théâtre me fascine en tant qu’actrice. Moi j’adore jouer, j’adore monter sur scène. Et du coup, ce sont deux mondes différents. Mais à choisir, je crois que je préfère le théâtre.

Contenu bientôt disponible.

NE MANQUES PAS LE PROCHAIN ÉPISODE

Inscris toi à ma Newsletter mensuelle pour ne pas manquer les épisode de Journey Of A Beat. Tout comme toi, je déteste les spams. Donc je ne t’enverrais pas plus d’Emails que nécessaire. Tu pourras d’ailleurs annuler ton inscription à tout moment.

Épisodes similaires

Boa Joo

Boa Joo

C’est une artiste Bruxelloise avec une écriture qui se rapproche du rap alors que ses interprétations elles sont plutôt chantée. Sa musique offre un savant mélange entre de la technique et des mélodies suaves.

CRÉDITS :
ÉMISSION JOURNEY OF A BEAT (EP.39) COMPOSITEUR MESSOINS ARTISTE BOA JOO RÉAL/ÉDITING MESSOINS PRODUCTION BEAUXSONS

Meet The Artist

Interview pour décrouvrir la personne derrière l’artiste.

Lire la vidéo

Donc, moi c’est Yousra. Je suis une membre active du médias Alohanews. Je suis éducatrice de formation : éducatrice spécialisée. Et j’ai un faible pour l’écriture. En gros c’est ça. J’ai fait pas mal de scènes aussi, parce que j’étais comédienne. Et j’ai aussi écrie des spectacle, des pièces de théâtre.

Je crois que c’est parce que je suis enfant unique. Et quand t’es enfant unique, tu crée des activités etc. Et moi l’écriture ça a toujours été un moyen de communique, un éxutoire tu vois. C’est des pulsion, du coup t’as envie d’écrire quand ça ne va pas, quand ça va bien. Surtout quand ça ne va pas. Et du coup, quand on lit ton texte, je n’ai pas forcément ce à quoi tu pensais quand tu l’a écrit. Et du coup tu veux imager ça, et quand tu veux imager t’arrive à la scène, je sais pas dessiner donc du coup autant interpréter directement. Et voilà, c’est un peu tout ça. Aujourd’hui l’écriture, j’arrive à faire passer les images que j’ai en tête, j’arrive à le faire passer plus ou moin bien dans mes textes.La scène, la photographie et le spectacle sont une manière d’imager ce que j’ai envie de faire passer comme message.

Tout part de l’écriture en fait. Si un jour je me mets à la photographie, ça sera forcément lié à l’écriture. Si je monte sur scène, ça sera forcément pour interpréter quelque chose. Même s’il y a un texte qu’on va m’imposer, si je n’y suis pas semsible… donc il y a toujours un rapport à l’écriture qui est important. Même quand on va clipper quelque chose. Il y a un rapport à l’écriture qui est important. Je vais écouter un son, mais j’ai besoin aussi de lire les paroles. Détachée de la musique, j’ai besoin d’avoir une relation directe avec l’écriture et les mots. Ca c’est certain !

C’est peut-être la manière de s’exprimer la plus puissante et violente pour moi. Le silence. Je suis quelqu’un qui parle énormeément, j’adore parler. Mais quand je parle pas, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Ou alors c’est que je suis dépassée. Même par un sentiment de joie intense, dés fois je ne vais plus réussir à parler et du coup, le silence est pour moi l’apogé de l’émotion. Qu’elle soit triste ou qu’elle soit joyeuse. Du coup, sur scène aussi le silence est important parce que tu tiens les gens en tension. Il y a des moments, quand j’assite à des pièce de théâtre, ces moments ou tout le monde a le souffle coupé. On attend la suite, on est comme ça [interprétation de soufle coupé]. Et puis après ça redescent parce qu’on vient mettre des mots la dessus. T’as limite envie de dire, ALLER ! DIT LE ! Et du coup, c’est vrai que c’est quelque chose que j’utilise énormément (le silence) dans mes textes et dans les préstation aussi que je fais. En tout cas j’essaie, parce que c’est vrai que les silences parfois me font peur aussi. C’est paradoxale. J’adore les silences mais en même temps les silences me font peur et du coup j’ai tendance à parler très vite, à dire plein de choses en même temps etc. Mais c’est vrai que les silence, j’éstime que c’est quelque chose de super important. Et j’y accorde énormément d’importance.

Je suis complètement cinéphile. Moi j’adore le cinéma. Je peux regarder 4-5 films en un jour, il n’y a aucun problème. Parce qu’effectivement, il y a tout. Tu peu y mettre de la musique. Mais on peut aussi faire ça sur une scène de théâtre. Tu peux y mettre de la musique, tu peux y mettre du silence, tu peu y mettre des poèmes. Mais c’est vrai que le cinéma a quelque chose de plus complet. Mais je suis plus sensible au théâtre parce que c’est quelque chose de vivant. C’est à dire que le moment ou tu monte sur scène, c’est à chaque fois une nouvelle expérience. Alors que le cinéma, c’est quelque chose que tu éteint. Une fois que le film est fini, ça y est. L’émotion elle y est figée. Alors que quand tu viens au théâtre, tu y viens avec ce que tu es. Tu es pleinement toi. Si t’as passé une mauvaise journée, si t’as reçu une mauvaise nouvelle ou que sais je. Il va falloir que tu montes sur scène et que tu donne tout. Alors qu’au cinéma, tu coupe. « Ah aujourd’hui je n’suis pas très bien, vas-y on va couper, on refera demain ». Le cinéma me fascine. Mais en tant que spectatrice. par contre le théâtre me fascine en tant qu’actrice. Moi j’adore jouer, j’adore monter sur scène. Et du coup, ce sont deux mondes différents. Mais à choisir, je crois que je préfère le théâtre.

Contenu bientôt disponible.

NE MANQUES PAS LE PROCHAIN ÉPISODE

Inscris toi à ma Newsletter mensuelle pour ne pas manquer les épisode de Journey Of A Beat. Tout comme toi, je déteste les spams. Donc je ne t’enverrais pas plus d’Emails que nécessaire. Tu pourras d’ailleurs annuler ton inscription à tout moment.

Épisodes similaires

CJ

CJ

CJ est un rappeur et chanteur Bruxellois de 18 ans. Conscient de la facilité avec laquelle on peut créer de la musique grâce à la technologie actuelle. Il débute simplement, dans sa chambre, stylo en main. Les bons retours qu’il a reçu suite à ses premiers textes l’ont poussé à enregistrer en studio. Et du studio à la caméra c’est aller très vite. En un an d’activité, il a comptabilisé plus de 32 000 vue sur YouTube et commence doucement à creuser ton trou dans ce game.

CRÉDITS :
ÉMISSION JOURNEY OF A BEAT (EP.38) COMPOSITEUR MESSOINS ARTISTE CJ RÉAL/ÉDITING MESSOINS PRODUCTION BEAUXSONS

Meet The Artist

Interview pour décrouvrir la personne derrière l’artiste.

Lire la vidéo

Donc, moi c’est Yousra. Je suis une membre active du médias Alohanews. Je suis éducatrice de formation : éducatrice spécialisée. Et j’ai un faible pour l’écriture. En gros c’est ça. J’ai fait pas mal de scènes aussi, parce que j’étais comédienne. Et j’ai aussi écrie des spectacle, des pièces de théâtre.

Je crois que c’est parce que je suis enfant unique. Et quand t’es enfant unique, tu crée des activités etc. Et moi l’écriture ça a toujours été un moyen de communique, un éxutoire tu vois. C’est des pulsion, du coup t’as envie d’écrire quand ça ne va pas, quand ça va bien. Surtout quand ça ne va pas. Et du coup, quand on lit ton texte, je n’ai pas forcément ce à quoi tu pensais quand tu l’a écrit. Et du coup tu veux imager ça, et quand tu veux imager t’arrive à la scène, je sais pas dessiner donc du coup autant interpréter directement. Et voilà, c’est un peu tout ça. Aujourd’hui l’écriture, j’arrive à faire passer les images que j’ai en tête, j’arrive à le faire passer plus ou moin bien dans mes textes.La scène, la photographie et le spectacle sont une manière d’imager ce que j’ai envie de faire passer comme message.

Tout part de l’écriture en fait. Si un jour je me mets à la photographie, ça sera forcément lié à l’écriture. Si je monte sur scène, ça sera forcément pour interpréter quelque chose. Même s’il y a un texte qu’on va m’imposer, si je n’y suis pas semsible… donc il y a toujours un rapport à l’écriture qui est important. Même quand on va clipper quelque chose. Il y a un rapport à l’écriture qui est important. Je vais écouter un son, mais j’ai besoin aussi de lire les paroles. Détachée de la musique, j’ai besoin d’avoir une relation directe avec l’écriture et les mots. Ca c’est certain !

C’est peut-être la manière de s’exprimer la plus puissante et violente pour moi. Le silence. Je suis quelqu’un qui parle énormeément, j’adore parler. Mais quand je parle pas, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Ou alors c’est que je suis dépassée. Même par un sentiment de joie intense, dés fois je ne vais plus réussir à parler et du coup, le silence est pour moi l’apogé de l’émotion. Qu’elle soit triste ou qu’elle soit joyeuse. Du coup, sur scène aussi le silence est important parce que tu tiens les gens en tension. Il y a des moments, quand j’assite à des pièce de théâtre, ces moments ou tout le monde a le souffle coupé. On attend la suite, on est comme ça [interprétation de soufle coupé]. Et puis après ça redescent parce qu’on vient mettre des mots la dessus. T’as limite envie de dire, ALLER ! DIT LE ! Et du coup, c’est vrai que c’est quelque chose que j’utilise énormément (le silence) dans mes textes et dans les préstation aussi que je fais. En tout cas j’essaie, parce que c’est vrai que les silences parfois me font peur aussi. C’est paradoxale. J’adore les silences mais en même temps les silences me font peur et du coup j’ai tendance à parler très vite, à dire plein de choses en même temps etc. Mais c’est vrai que les silence, j’éstime que c’est quelque chose de super important. Et j’y accorde énormément d’importance.

Je suis complètement cinéphile. Moi j’adore le cinéma. Je peux regarder 4-5 films en un jour, il n’y a aucun problème. Parce qu’effectivement, il y a tout. Tu peu y mettre de la musique. Mais on peut aussi faire ça sur une scène de théâtre. Tu peux y mettre de la musique, tu peux y mettre du silence, tu peu y mettre des poèmes. Mais c’est vrai que le cinéma a quelque chose de plus complet. Mais je suis plus sensible au théâtre parce que c’est quelque chose de vivant. C’est à dire que le moment ou tu monte sur scène, c’est à chaque fois une nouvelle expérience. Alors que le cinéma, c’est quelque chose que tu éteint. Une fois que le film est fini, ça y est. L’émotion elle y est figée. Alors que quand tu viens au théâtre, tu y viens avec ce que tu es. Tu es pleinement toi. Si t’as passé une mauvaise journée, si t’as reçu une mauvaise nouvelle ou que sais je. Il va falloir que tu montes sur scène et que tu donne tout. Alors qu’au cinéma, tu coupe. « Ah aujourd’hui je n’suis pas très bien, vas-y on va couper, on refera demain ». Le cinéma me fascine. Mais en tant que spectatrice. par contre le théâtre me fascine en tant qu’actrice. Moi j’adore jouer, j’adore monter sur scène. Et du coup, ce sont deux mondes différents. Mais à choisir, je crois que je préfère le théâtre.

Contenu bientôt disponible.

NE MANQUES PAS LE PROCHAIN ÉPISODE

Inscris toi à ma Newsletter mensuelle pour ne pas manquer les épisode de Journey Of A Beat. Tout comme toi, je déteste les spams. Donc je ne t’enverrais pas plus d’Emails que nécessaire. Tu pourras d’ailleurs annuler ton inscription à tout moment.

Épisodes similaires

MD

MD

C’est un chanteur Bruxellois difficillement classable. Habitant à la campagne, Il enchaînant les allers-retours vers la capitale ce qui lui permettra de s’imprègne de l’atmosphère de ces deux zones très différentes. Le temps passé dans le train lui permettra aussi de prendre du recul sur la vie, consomer la musique, écrire et plus tard envisager une carrière. Toutefois, c’est à l’internat qu’il se mettra à l’écriture « à force d’être isolé et n’avoir que penser comme activité »

CRÉDITS :
ÉMISSION JOURNEY OF A BEAT (EP.37) COMPOSITEUR MESSOINS ARTISTE MD RÉAL/ÉDITING MESSOINS PRODUCTION BEAUXSONS

Meet The Artist

Interview pour décrouvrir la personne derrière l’artiste.

Lire la vidéo

Donc, moi c’est Yousra. Je suis une membre active du médias Alohanews. Je suis éducatrice de formation : éducatrice spécialisée. Et j’ai un faible pour l’écriture. En gros c’est ça. J’ai fait pas mal de scènes aussi, parce que j’étais comédienne. Et j’ai aussi écrie des spectacle, des pièces de théâtre.

Je crois que c’est parce que je suis enfant unique. Et quand t’es enfant unique, tu crée des activités etc. Et moi l’écriture ça a toujours été un moyen de communique, un éxutoire tu vois. C’est des pulsion, du coup t’as envie d’écrire quand ça ne va pas, quand ça va bien. Surtout quand ça ne va pas. Et du coup, quand on lit ton texte, je n’ai pas forcément ce à quoi tu pensais quand tu l’a écrit. Et du coup tu veux imager ça, et quand tu veux imager t’arrive à la scène, je sais pas dessiner donc du coup autant interpréter directement. Et voilà, c’est un peu tout ça. Aujourd’hui l’écriture, j’arrive à faire passer les images que j’ai en tête, j’arrive à le faire passer plus ou moin bien dans mes textes.La scène, la photographie et le spectacle sont une manière d’imager ce que j’ai envie de faire passer comme message.

Tout part de l’écriture en fait. Si un jour je me mets à la photographie, ça sera forcément lié à l’écriture. Si je monte sur scène, ça sera forcément pour interpréter quelque chose. Même s’il y a un texte qu’on va m’imposer, si je n’y suis pas semsible… donc il y a toujours un rapport à l’écriture qui est important. Même quand on va clipper quelque chose. Il y a un rapport à l’écriture qui est important. Je vais écouter un son, mais j’ai besoin aussi de lire les paroles. Détachée de la musique, j’ai besoin d’avoir une relation directe avec l’écriture et les mots. Ca c’est certain !

C’est peut-être la manière de s’exprimer la plus puissante et violente pour moi. Le silence. Je suis quelqu’un qui parle énormeément, j’adore parler. Mais quand je parle pas, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Ou alors c’est que je suis dépassée. Même par un sentiment de joie intense, dés fois je ne vais plus réussir à parler et du coup, le silence est pour moi l’apogé de l’émotion. Qu’elle soit triste ou qu’elle soit joyeuse. Du coup, sur scène aussi le silence est important parce que tu tiens les gens en tension. Il y a des moments, quand j’assite à des pièce de théâtre, ces moments ou tout le monde a le souffle coupé. On attend la suite, on est comme ça [interprétation de soufle coupé]. Et puis après ça redescent parce qu’on vient mettre des mots la dessus. T’as limite envie de dire, ALLER ! DIT LE ! Et du coup, c’est vrai que c’est quelque chose que j’utilise énormément (le silence) dans mes textes et dans les préstation aussi que je fais. En tout cas j’essaie, parce que c’est vrai que les silences parfois me font peur aussi. C’est paradoxale. J’adore les silences mais en même temps les silences me font peur et du coup j’ai tendance à parler très vite, à dire plein de choses en même temps etc. Mais c’est vrai que les silence, j’éstime que c’est quelque chose de super important. Et j’y accorde énormément d’importance.

Je suis complètement cinéphile. Moi j’adore le cinéma. Je peux regarder 4-5 films en un jour, il n’y a aucun problème. Parce qu’effectivement, il y a tout. Tu peu y mettre de la musique. Mais on peut aussi faire ça sur une scène de théâtre. Tu peux y mettre de la musique, tu peux y mettre du silence, tu peu y mettre des poèmes. Mais c’est vrai que le cinéma a quelque chose de plus complet. Mais je suis plus sensible au théâtre parce que c’est quelque chose de vivant. C’est à dire que le moment ou tu monte sur scène, c’est à chaque fois une nouvelle expérience. Alors que le cinéma, c’est quelque chose que tu éteint. Une fois que le film est fini, ça y est. L’émotion elle y est figée. Alors que quand tu viens au théâtre, tu y viens avec ce que tu es. Tu es pleinement toi. Si t’as passé une mauvaise journée, si t’as reçu une mauvaise nouvelle ou que sais je. Il va falloir que tu montes sur scène et que tu donne tout. Alors qu’au cinéma, tu coupe. « Ah aujourd’hui je n’suis pas très bien, vas-y on va couper, on refera demain ». Le cinéma me fascine. Mais en tant que spectatrice. par contre le théâtre me fascine en tant qu’actrice. Moi j’adore jouer, j’adore monter sur scène. Et du coup, ce sont deux mondes différents. Mais à choisir, je crois que je préfère le théâtre.

Contenu bientôt disponible.

NE MANQUES PAS LE PROCHAIN ÉPISODE

Inscris toi à ma Newsletter mensuelle pour ne pas manquer les épisode de Journey Of A Beat. Tout comme toi, je déteste les spams. Donc je ne t’enverrais pas plus d’Emails que nécessaire. Tu pourras d’ailleurs annuler ton inscription à tout moment.

Épisodes similaires

Tchouket

Tchouket

Tchouket est un rappeur de la ville de Nivelle. Ses inspirations oscillent entre du Disiz et du Freeze Corleon. Quand à ses écrits, ils décrivent sa vision du monde qu’il observe depuis la tour Carin.

Partager sur facebook
Partager

CRÉDITS :
ÉMISSION JOURNEY OF A BEAT (EP.36) COMPOSITEUR MESSOINS ARTISTE TCHOUKET RÉAL/ÉDITING MESSOINS PRODUCTION BEAUXSONS

Meet The Artist

Interview pour décrouvrir la personne derrière l’artiste.

Donc, moi c’est Yousra. Je suis une membre active du médias Alohanews. Je suis éducatrice de formation : éducatrice spécialisée. Et j’ai un faible pour l’écriture. En gros c’est ça. J’ai fait pas mal de scènes aussi, parce que j’étais comédienne. Et j’ai aussi écrie des spectacle, des pièces de théâtre.

Je crois que c’est parce que je suis enfant unique. Et quand t’es enfant unique, tu crée des activités etc. Et moi l’écriture ça a toujours été un moyen de communique, un éxutoire tu vois. C’est des pulsion, du coup t’as envie d’écrire quand ça ne va pas, quand ça va bien. Surtout quand ça ne va pas. Et du coup, quand on lit ton texte, je n’ai pas forcément ce à quoi tu pensais quand tu l’a écrit. Et du coup tu veux imager ça, et quand tu veux imager t’arrive à la scène, je sais pas dessiner donc du coup autant interpréter directement. Et voilà, c’est un peu tout ça. Aujourd’hui l’écriture, j’arrive à faire passer les images que j’ai en tête, j’arrive à le faire passer plus ou moin bien dans mes textes.La scène, la photographie et le spectacle sont une manière d’imager ce que j’ai envie de faire passer comme message.

Tout part de l’écriture en fait. Si un jour je me mets à la photographie, ça sera forcément lié à l’écriture. Si je monte sur scène, ça sera forcément pour interpréter quelque chose. Même s’il y a un texte qu’on va m’imposer, si je n’y suis pas semsible… donc il y a toujours un rapport à l’écriture qui est important. Même quand on va clipper quelque chose. Il y a un rapport à l’écriture qui est important. Je vais écouter un son, mais j’ai besoin aussi de lire les paroles. Détachée de la musique, j’ai besoin d’avoir une relation directe avec l’écriture et les mots. Ca c’est certain !

C’est peut-être la manière de s’exprimer la plus puissante et violente pour moi. Le silence. Je suis quelqu’un qui parle énormeément, j’adore parler. Mais quand je parle pas, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Ou alors c’est que je suis dépassée. Même par un sentiment de joie intense, dés fois je ne vais plus réussir à parler et du coup, le silence est pour moi l’apogé de l’émotion. Qu’elle soit triste ou qu’elle soit joyeuse. Du coup, sur scène aussi le silence est important parce que tu tiens les gens en tension. Il y a des moments, quand j’assite à des pièce de théâtre, ces moments ou tout le monde a le souffle coupé. On attend la suite, on est comme ça [interprétation de soufle coupé]. Et puis après ça redescent parce qu’on vient mettre des mots la dessus. T’as limite envie de dire, ALLER ! DIT LE ! Et du coup, c’est vrai que c’est quelque chose que j’utilise énormément (le silence) dans mes textes et dans les préstation aussi que je fais. En tout cas j’essaie, parce que c’est vrai que les silences parfois me font peur aussi. C’est paradoxale. J’adore les silences mais en même temps les silences me font peur et du coup j’ai tendance à parler très vite, à dire plein de choses en même temps etc. Mais c’est vrai que les silence, j’éstime que c’est quelque chose de super important. Et j’y accorde énormément d’importance.

Je suis complètement cinéphile. Moi j’adore le cinéma. Je peux regarder 4-5 films en un jour, il n’y a aucun problème. Parce qu’effectivement, il y a tout. Tu peu y mettre de la musique. Mais on peut aussi faire ça sur une scène de théâtre. Tu peux y mettre de la musique, tu peux y mettre du silence, tu peu y mettre des poèmes. Mais c’est vrai que le cinéma a quelque chose de plus complet. Mais je suis plus sensible au théâtre parce que c’est quelque chose de vivant. C’est à dire que le moment ou tu monte sur scène, c’est à chaque fois une nouvelle expérience. Alors que le cinéma, c’est quelque chose que tu éteint. Une fois que le film est fini, ça y est. L’émotion elle y est figée. Alors que quand tu viens au théâtre, tu y viens avec ce que tu es. Tu es pleinement toi. Si t’as passé une mauvaise journée, si t’as reçu une mauvaise nouvelle ou que sais je. Il va falloir que tu montes sur scène et que tu donne tout. Alors qu’au cinéma, tu coupe. « Ah aujourd’hui je n’suis pas très bien, vas-y on va couper, on refera demain ». Le cinéma me fascine. Mais en tant que spectatrice. par contre le théâtre me fascine en tant qu’actrice. Moi j’adore jouer, j’adore monter sur scène. Et du coup, ce sont deux mondes différents. Mais à choisir, je crois que je préfère le théâtre.

Contenu bientôt disponible.

NE MANQUES PAS LE PROCHAIN ÉPISODE

Inscris toi à ma Newsletter mensuelle pour ne pas manquer les épisode de Journey Of A Beat. Tout comme toi, je déteste les spams. Donc je ne t’enverrais pas plus d’Emails que nécessaire. Tu pourras d’ailleurs annuler ton inscription à tout moment.

Épisodes similaires

Pego

Pego

Pego est un rappeur de la ville de Mons. Il a baigné dans le rap grâce à ses grands frères. A ses début, il écrivais a cappella pour ses amis avec des influences comme (Disiz, Youssoupha, Oxmo). L’engouement derrière la Sexion d’Assault ou encore un rappeur comme Scyla l’ont motivé à s’essayer à la chanson. 

Partager sur facebook
Partager

CRÉDITS :
ÉMISSION JOURNEY OF A BEAT (EP.35) COMPOSITEUR MESSOINS ARTISTE PEGO RÉAL/ÉDITING MESSOINS PRODUCTION BEAUXSONS

Meet The Artist

Interview pour décrouvrir la personne derrière l’artiste.

Donc, moi c’est Yousra. Je suis une membre active du médias Alohanews. Je suis éducatrice de formation : éducatrice spécialisée. Et j’ai un faible pour l’écriture. En gros c’est ça. J’ai fait pas mal de scènes aussi, parce que j’étais comédienne. Et j’ai aussi écrie des spectacle, des pièces de théâtre.

Je crois que c’est parce que je suis enfant unique. Et quand t’es enfant unique, tu crée des activités etc. Et moi l’écriture ça a toujours été un moyen de communique, un éxutoire tu vois. C’est des pulsion, du coup t’as envie d’écrire quand ça ne va pas, quand ça va bien. Surtout quand ça ne va pas. Et du coup, quand on lit ton texte, je n’ai pas forcément ce à quoi tu pensais quand tu l’a écrit. Et du coup tu veux imager ça, et quand tu veux imager t’arrive à la scène, je sais pas dessiner donc du coup autant interpréter directement. Et voilà, c’est un peu tout ça. Aujourd’hui l’écriture, j’arrive à faire passer les images que j’ai en tête, j’arrive à le faire passer plus ou moin bien dans mes textes.La scène, la photographie et le spectacle sont une manière d’imager ce que j’ai envie de faire passer comme message.

Tout part de l’écriture en fait. Si un jour je me mets à la photographie, ça sera forcément lié à l’écriture. Si je monte sur scène, ça sera forcément pour interpréter quelque chose. Même s’il y a un texte qu’on va m’imposer, si je n’y suis pas semsible… donc il y a toujours un rapport à l’écriture qui est important. Même quand on va clipper quelque chose. Il y a un rapport à l’écriture qui est important. Je vais écouter un son, mais j’ai besoin aussi de lire les paroles. Détachée de la musique, j’ai besoin d’avoir une relation directe avec l’écriture et les mots. Ca c’est certain !

C’est peut-être la manière de s’exprimer la plus puissante et violente pour moi. Le silence. Je suis quelqu’un qui parle énormeément, j’adore parler. Mais quand je parle pas, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Ou alors c’est que je suis dépassée. Même par un sentiment de joie intense, dés fois je ne vais plus réussir à parler et du coup, le silence est pour moi l’apogé de l’émotion. Qu’elle soit triste ou qu’elle soit joyeuse. Du coup, sur scène aussi le silence est important parce que tu tiens les gens en tension. Il y a des moments, quand j’assite à des pièce de théâtre, ces moments ou tout le monde a le souffle coupé. On attend la suite, on est comme ça [interprétation de soufle coupé]. Et puis après ça redescent parce qu’on vient mettre des mots la dessus. T’as limite envie de dire, ALLER ! DIT LE ! Et du coup, c’est vrai que c’est quelque chose que j’utilise énormément (le silence) dans mes textes et dans les préstation aussi que je fais. En tout cas j’essaie, parce que c’est vrai que les silences parfois me font peur aussi. C’est paradoxale. J’adore les silences mais en même temps les silences me font peur et du coup j’ai tendance à parler très vite, à dire plein de choses en même temps etc. Mais c’est vrai que les silence, j’éstime que c’est quelque chose de super important. Et j’y accorde énormément d’importance.

Je suis complètement cinéphile. Moi j’adore le cinéma. Je peux regarder 4-5 films en un jour, il n’y a aucun problème. Parce qu’effectivement, il y a tout. Tu peu y mettre de la musique. Mais on peut aussi faire ça sur une scène de théâtre. Tu peux y mettre de la musique, tu peux y mettre du silence, tu peu y mettre des poèmes. Mais c’est vrai que le cinéma a quelque chose de plus complet. Mais je suis plus sensible au théâtre parce que c’est quelque chose de vivant. C’est à dire que le moment ou tu monte sur scène, c’est à chaque fois une nouvelle expérience. Alors que le cinéma, c’est quelque chose que tu éteint. Une fois que le film est fini, ça y est. L’émotion elle y est figée. Alors que quand tu viens au théâtre, tu y viens avec ce que tu es. Tu es pleinement toi. Si t’as passé une mauvaise journée, si t’as reçu une mauvaise nouvelle ou que sais je. Il va falloir que tu montes sur scène et que tu donne tout. Alors qu’au cinéma, tu coupe. « Ah aujourd’hui je n’suis pas très bien, vas-y on va couper, on refera demain ». Le cinéma me fascine. Mais en tant que spectatrice. par contre le théâtre me fascine en tant qu’actrice. Moi j’adore jouer, j’adore monter sur scène. Et du coup, ce sont deux mondes différents. Mais à choisir, je crois que je préfère le théâtre.

Contenu bientôt disponible.

NE MANQUES PAS LE PROCHAIN ÉPISODE

Inscris toi à ma Newsletter mensuelle pour ne pas manquer les épisode de Journey Of A Beat. Tout comme toi, je déteste les spams. Donc je ne t’enverrais pas plus d’Emails que nécessaire. Tu pourras d’ailleurs annuler ton inscription à tout moment.

Épisodes similaires

Arunee

Arunee

Arunee est une chanteuse Jazz/R&B de la région de Bruxelles. Elle a toujours écouté de la musique mais c’est dans son adolescence qu’elle aura un déclic. C’est complètement par hasard qu’elle tombe sur un morceau d’Erykah Badu qui lui met la larme à l’oeil. C’était sa première rencontre avec la musique Soul/R&B et depuis ils sont inséparable.

Lire la vidéo
Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Tweeter

CRÉDITS :
ÉMISSION JOURNEY OF A BEAT (EP.34) COMPOSITEUR MESSOINS ARTISTE ARUNEE RÉAL/ÉDITING MESSOINS PRODUCTION BEAUXSONS

Meet The Artist

Interview pour décrouvrir la personne derrière l’artiste.

Donc, moi c’est Yousra. Je suis une membre active du médias Alohanews. Je suis éducatrice de formation : éducatrice spécialisée. Et j’ai un faible pour l’écriture. En gros c’est ça. J’ai fait pas mal de scènes aussi, parce que j’étais comédienne. Et j’ai aussi écrie des spectacle, des pièces de théâtre.

Je crois que c’est parce que je suis enfant unique. Et quand t’es enfant unique, tu crée des activités etc. Et moi l’écriture ça a toujours été un moyen de communique, un éxutoire tu vois. C’est des pulsion, du coup t’as envie d’écrire quand ça ne va pas, quand ça va bien. Surtout quand ça ne va pas. Et du coup, quand on lit ton texte, je n’ai pas forcément ce à quoi tu pensais quand tu l’a écrit. Et du coup tu veux imager ça, et quand tu veux imager t’arrive à la scène, je sais pas dessiner donc du coup autant interpréter directement. Et voilà, c’est un peu tout ça. Aujourd’hui l’écriture, j’arrive à faire passer les images que j’ai en tête, j’arrive à le faire passer plus ou moin bien dans mes textes.La scène, la photographie et le spectacle sont une manière d’imager ce que j’ai envie de faire passer comme message.

Tout part de l’écriture en fait. Si un jour je me mets à la photographie, ça sera forcément lié à l’écriture. Si je monte sur scène, ça sera forcément pour interpréter quelque chose. Même s’il y a un texte qu’on va m’imposer, si je n’y suis pas semsible… donc il y a toujours un rapport à l’écriture qui est important. Même quand on va clipper quelque chose. Il y a un rapport à l’écriture qui est important. Je vais écouter un son, mais j’ai besoin aussi de lire les paroles. Détachée de la musique, j’ai besoin d’avoir une relation directe avec l’écriture et les mots. Ca c’est certain !

C’est peut-être la manière de s’exprimer la plus puissante et violente pour moi. Le silence. Je suis quelqu’un qui parle énormeément, j’adore parler. Mais quand je parle pas, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Ou alors c’est que je suis dépassée. Même par un sentiment de joie intense, dés fois je ne vais plus réussir à parler et du coup, le silence est pour moi l’apogé de l’émotion. Qu’elle soit triste ou qu’elle soit joyeuse. Du coup, sur scène aussi le silence est important parce que tu tiens les gens en tension. Il y a des moments, quand j’assite à des pièce de théâtre, ces moments ou tout le monde a le souffle coupé. On attend la suite, on est comme ça [interprétation de soufle coupé]. Et puis après ça redescent parce qu’on vient mettre des mots la dessus. T’as limite envie de dire, ALLER ! DIT LE ! Et du coup, c’est vrai que c’est quelque chose que j’utilise énormément (le silence) dans mes textes et dans les préstation aussi que je fais. En tout cas j’essaie, parce que c’est vrai que les silences parfois me font peur aussi. C’est paradoxale. J’adore les silences mais en même temps les silences me font peur et du coup j’ai tendance à parler très vite, à dire plein de choses en même temps etc. Mais c’est vrai que les silence, j’éstime que c’est quelque chose de super important. Et j’y accorde énormément d’importance.

Je suis complètement cinéphile. Moi j’adore le cinéma. Je peux regarder 4-5 films en un jour, il n’y a aucun problème. Parce qu’effectivement, il y a tout. Tu peu y mettre de la musique. Mais on peut aussi faire ça sur une scène de théâtre. Tu peux y mettre de la musique, tu peux y mettre du silence, tu peu y mettre des poèmes. Mais c’est vrai que le cinéma a quelque chose de plus complet. Mais je suis plus sensible au théâtre parce que c’est quelque chose de vivant. C’est à dire que le moment ou tu monte sur scène, c’est à chaque fois une nouvelle expérience. Alors que le cinéma, c’est quelque chose que tu éteint. Une fois que le film est fini, ça y est. L’émotion elle y est figée. Alors que quand tu viens au théâtre, tu y viens avec ce que tu es. Tu es pleinement toi. Si t’as passé une mauvaise journée, si t’as reçu une mauvaise nouvelle ou que sais je. Il va falloir que tu montes sur scène et que tu donne tout. Alors qu’au cinéma, tu coupe. « Ah aujourd’hui je n’suis pas très bien, vas-y on va couper, on refera demain ». Le cinéma me fascine. Mais en tant que spectatrice. par contre le théâtre me fascine en tant qu’actrice. Moi j’adore jouer, j’adore monter sur scène. Et du coup, ce sont deux mondes différents. Mais à choisir, je crois que je préfère le théâtre.

Contenu bientôt disponible.

NE MANQUES PAS LE PROCHAIN ÉPISODE

Inscris toi à ma Newsletter mensuelle pour ne pas manquer les épisode de Journey Of A Beat. Tout comme toi, je déteste les spams. Donc je ne t’enverrais pas plus d’Emails que nécessaire. Tu pourras d’ailleurs annuler ton inscription à tout moment.

Épisodes similaires

iFakir

iFakir

Originaire de Mons, iFakir est un rappeur belge qui a présenté son premier titre « Blanchi Jésus ». A travers ses textes, iFakir cherche à provoquer des émotions sur des mélodies surprenantes. Le rap lui permet de raconter des histoire, de magnifier le game.

CRÉDITS :
ÉMISSION JOURNEY OF A BEAT (EP.33) COMPOSITEUR MESSOINS ARTISTE iFakir RÉAL/ÉDITING MESSOINS PRODUCTION BEAUXSONS

iFakir – Blanchi Jésus (Prod by Messoins)

NE MANQUES PAS LE PROCHAIN ÉPISODE

Inscris toi à ma Newsletter mensuelle pour ne pas manquer les épisode de Journey Of A Beat. Tout comme toi, je déteste les spams. Donc je ne t’enverrais pas plus d’Emails que nécessaire. Tu pourras d’ailleurs annuler ton inscription à tout moment.

Épisodes similaires

Melo

Melo

L’invité de la semaine s’appelle Melo.  C’est un rappeur de Tubize (Belgique) qui a découvert l’écriture grâce à son frère ainé. Il se dirige vers la poésie car cette forme lui permet de raconter des histoires de manière plus condensée. Et quelques années plus tard, il passe sont temps dans les studio pour perfectionner son art.

CRÉDITS :
ÉMISSION JOURNEY OF A BEAT (EP.32) COMPOSITEUR MESSOINS ARTISTE MELO RÉAL/ÉDITING MESSOINS PRODUCTION BEAUXSONS

Meet The Artist

Interview pour décrouvrir la personne derrière l’artiste.

Lire la vidéo

Donc, moi c’est Yousra. Je suis une membre active du médias Alohanews. Je suis éducatrice de formation : éducatrice spécialisée. Et j’ai un faible pour l’écriture. En gros c’est ça. J’ai fait pas mal de scènes aussi, parce que j’étais comédienne. Et j’ai aussi écrie des spectacle, des pièces de théâtre.

Je crois que c’est parce que je suis enfant unique. Et quand t’es enfant unique, tu crée des activités etc. Et moi l’écriture ça a toujours été un moyen de communique, un éxutoire tu vois. C’est des pulsion, du coup t’as envie d’écrire quand ça ne va pas, quand ça va bien. Surtout quand ça ne va pas. Et du coup, quand on lit ton texte, je n’ai pas forcément ce à quoi tu pensais quand tu l’a écrit. Et du coup tu veux imager ça, et quand tu veux imager t’arrive à la scène, je sais pas dessiner donc du coup autant interpréter directement. Et voilà, c’est un peu tout ça. Aujourd’hui l’écriture, j’arrive à faire passer les images que j’ai en tête, j’arrive à le faire passer plus ou moin bien dans mes textes.La scène, la photographie et le spectacle sont une manière d’imager ce que j’ai envie de faire passer comme message.

Tout part de l’écriture en fait. Si un jour je me mets à la photographie, ça sera forcément lié à l’écriture. Si je monte sur scène, ça sera forcément pour interpréter quelque chose. Même s’il y a un texte qu’on va m’imposer, si je n’y suis pas semsible… donc il y a toujours un rapport à l’écriture qui est important. Même quand on va clipper quelque chose. Il y a un rapport à l’écriture qui est important. Je vais écouter un son, mais j’ai besoin aussi de lire les paroles. Détachée de la musique, j’ai besoin d’avoir une relation directe avec l’écriture et les mots. Ca c’est certain !

C’est peut-être la manière de s’exprimer la plus puissante et violente pour moi. Le silence. Je suis quelqu’un qui parle énormeément, j’adore parler. Mais quand je parle pas, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Ou alors c’est que je suis dépassée. Même par un sentiment de joie intense, dés fois je ne vais plus réussir à parler et du coup, le silence est pour moi l’apogé de l’émotion. Qu’elle soit triste ou qu’elle soit joyeuse. Du coup, sur scène aussi le silence est important parce que tu tiens les gens en tension. Il y a des moments, quand j’assite à des pièce de théâtre, ces moments ou tout le monde a le souffle coupé. On attend la suite, on est comme ça [interprétation de soufle coupé]. Et puis après ça redescent parce qu’on vient mettre des mots la dessus. T’as limite envie de dire, ALLER ! DIT LE ! Et du coup, c’est vrai que c’est quelque chose que j’utilise énormément (le silence) dans mes textes et dans les préstation aussi que je fais. En tout cas j’essaie, parce que c’est vrai que les silences parfois me font peur aussi. C’est paradoxale. J’adore les silences mais en même temps les silences me font peur et du coup j’ai tendance à parler très vite, à dire plein de choses en même temps etc. Mais c’est vrai que les silence, j’éstime que c’est quelque chose de super important. Et j’y accorde énormément d’importance.

Je suis complètement cinéphile. Moi j’adore le cinéma. Je peux regarder 4-5 films en un jour, il n’y a aucun problème. Parce qu’effectivement, il y a tout. Tu peu y mettre de la musique. Mais on peut aussi faire ça sur une scène de théâtre. Tu peux y mettre de la musique, tu peux y mettre du silence, tu peu y mettre des poèmes. Mais c’est vrai que le cinéma a quelque chose de plus complet. Mais je suis plus sensible au théâtre parce que c’est quelque chose de vivant. C’est à dire que le moment ou tu monte sur scène, c’est à chaque fois une nouvelle expérience. Alors que le cinéma, c’est quelque chose que tu éteint. Une fois que le film est fini, ça y est. L’émotion elle y est figée. Alors que quand tu viens au théâtre, tu y viens avec ce que tu es. Tu es pleinement toi. Si t’as passé une mauvaise journée, si t’as reçu une mauvaise nouvelle ou que sais je. Il va falloir que tu montes sur scène et que tu donne tout. Alors qu’au cinéma, tu coupe. « Ah aujourd’hui je n’suis pas très bien, vas-y on va couper, on refera demain ». Le cinéma me fascine. Mais en tant que spectatrice. par contre le théâtre me fascine en tant qu’actrice. Moi j’adore jouer, j’adore monter sur scène. Et du coup, ce sont deux mondes différents. Mais à choisir, je crois que je préfère le théâtre.

Contenu bientôt disponible.

NE MANQUES PAS LE PROCHAIN ÉPISODE

Inscris toi à ma Newsletter mensuelle pour ne pas manquer les épisode de Journey Of A Beat. Tout comme toi, je déteste les spams. Donc je ne t’enverrais pas plus d’Emails que nécessaire. Tu pourras d’ailleurs annuler ton inscription à tout moment.

Épisodes similaires

Queen Umba

Queen Umba

Queen Umba est une chanteuse Soul/R&B bruxelloise. Ses premiers contacts avec la musique furent par le biais de la danse et du chant. C’est à l’âge de 15 ans que ce qui n’était qu’un hobby de jeunesse devint son occupation principale. Elle travaille actuellement sur plusieurs singles avec les producteurs Don Moja et Dolfa, mais en attendant, voici son passage dans Journey Of A Beat.

Extrait de la chanson de Queen Umba

CRÉDITS :
ÉMISSION JOURNEY OF A BEAT (EP.31) COMPOSITEUR MESSOINS ARTISTE QUEEN UMBA RÉAL/ÉDITING MESSOINS PRODUCTION BEAUXSONS

Meet The Artist

Interview pour décrouvrir la personne derrière l’artiste.

Donc, moi c’est Yousra. Je suis une membre active du médias Alohanews. Je suis éducatrice de formation : éducatrice spécialisée. Et j’ai un faible pour l’écriture. En gros c’est ça. J’ai fait pas mal de scènes aussi, parce que j’étais comédienne. Et j’ai aussi écrie des spectacle, des pièces de théâtre.

Je crois que c’est parce que je suis enfant unique. Et quand t’es enfant unique, tu crée des activités etc. Et moi l’écriture ça a toujours été un moyen de communique, un éxutoire tu vois. C’est des pulsion, du coup t’as envie d’écrire quand ça ne va pas, quand ça va bien. Surtout quand ça ne va pas. Et du coup, quand on lit ton texte, je n’ai pas forcément ce à quoi tu pensais quand tu l’a écrit. Et du coup tu veux imager ça, et quand tu veux imager t’arrive à la scène, je sais pas dessiner donc du coup autant interpréter directement. Et voilà, c’est un peu tout ça. Aujourd’hui l’écriture, j’arrive à faire passer les images que j’ai en tête, j’arrive à le faire passer plus ou moin bien dans mes textes.La scène, la photographie et le spectacle sont une manière d’imager ce que j’ai envie de faire passer comme message.

Tout part de l’écriture en fait. Si un jour je me mets à la photographie, ça sera forcément lié à l’écriture. Si je monte sur scène, ça sera forcément pour interpréter quelque chose. Même s’il y a un texte qu’on va m’imposer, si je n’y suis pas semsible… donc il y a toujours un rapport à l’écriture qui est important. Même quand on va clipper quelque chose. Il y a un rapport à l’écriture qui est important. Je vais écouter un son, mais j’ai besoin aussi de lire les paroles. Détachée de la musique, j’ai besoin d’avoir une relation directe avec l’écriture et les mots. Ca c’est certain !

C’est peut-être la manière de s’exprimer la plus puissante et violente pour moi. Le silence. Je suis quelqu’un qui parle énormeément, j’adore parler. Mais quand je parle pas, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Ou alors c’est que je suis dépassée. Même par un sentiment de joie intense, dés fois je ne vais plus réussir à parler et du coup, le silence est pour moi l’apogé de l’émotion. Qu’elle soit triste ou qu’elle soit joyeuse. Du coup, sur scène aussi le silence est important parce que tu tiens les gens en tension. Il y a des moments, quand j’assite à des pièce de théâtre, ces moments ou tout le monde a le souffle coupé. On attend la suite, on est comme ça [interprétation de soufle coupé]. Et puis après ça redescent parce qu’on vient mettre des mots la dessus. T’as limite envie de dire, ALLER ! DIT LE ! Et du coup, c’est vrai que c’est quelque chose que j’utilise énormément (le silence) dans mes textes et dans les préstation aussi que je fais. En tout cas j’essaie, parce que c’est vrai que les silences parfois me font peur aussi. C’est paradoxale. J’adore les silences mais en même temps les silences me font peur et du coup j’ai tendance à parler très vite, à dire plein de choses en même temps etc. Mais c’est vrai que les silence, j’éstime que c’est quelque chose de super important. Et j’y accorde énormément d’importance.

Je suis complètement cinéphile. Moi j’adore le cinéma. Je peux regarder 4-5 films en un jour, il n’y a aucun problème. Parce qu’effectivement, il y a tout. Tu peu y mettre de la musique. Mais on peut aussi faire ça sur une scène de théâtre. Tu peux y mettre de la musique, tu peux y mettre du silence, tu peu y mettre des poèmes. Mais c’est vrai que le cinéma a quelque chose de plus complet. Mais je suis plus sensible au théâtre parce que c’est quelque chose de vivant. C’est à dire que le moment ou tu monte sur scène, c’est à chaque fois une nouvelle expérience. Alors que le cinéma, c’est quelque chose que tu éteint. Une fois que le film est fini, ça y est. L’émotion elle y est figée. Alors que quand tu viens au théâtre, tu y viens avec ce que tu es. Tu es pleinement toi. Si t’as passé une mauvaise journée, si t’as reçu une mauvaise nouvelle ou que sais je. Il va falloir que tu montes sur scène et que tu donne tout. Alors qu’au cinéma, tu coupe. « Ah aujourd’hui je n’suis pas très bien, vas-y on va couper, on refera demain ». Le cinéma me fascine. Mais en tant que spectatrice. par contre le théâtre me fascine en tant qu’actrice. Moi j’adore jouer, j’adore monter sur scène. Et du coup, ce sont deux mondes différents. Mais à choisir, je crois que je préfère le théâtre.

Contenu bientôt disponible.

NE MANQUES PAS LE PROCHAIN ÉPISODE

Inscris toi à ma Newsletter mensuelle pour ne pas manquer les épisode de Journey Of A Beat. Tout comme toi, je déteste les spams. Donc je ne t’enverrais pas plus d’Emails que nécessaire. Tu pourras d’ailleurs annuler ton inscription à tout moment.

Épisodes similaires

NKey

NKey

NKey est une artiste liégeoise à la voix versatille et au timbre mieleux. Elle a pu affuter sa plume grâce à de nombreux ateliers d’écritures. Vous pouvez tantôt l’entendre lacher des flows techniques à la Missy Eliot, tantôt l’entendre réaliser une performance vocale qui donne la chair de poule. Quel facette d’elle verrez vous aujourd’hui ? La réponse dans la vidéo.

Extrait de la chanson de NKey

CRÉDITS :
ÉMISSION JOURNEY OF A BEAT (EP.30) COMPOSITEUR MESSOINS ARTISTE NAY KELLIE RÉAL/ÉDITING MESSOINS PRODUCTION BEAUXSONS

Meet The Artist

Interview pour décrouvrir la personne derrière l’artiste.

Lire la vidéo

Donc, moi c’est Yousra. Je suis une membre active du médias Alohanews. Je suis éducatrice de formation : éducatrice spécialisée. Et j’ai un faible pour l’écriture. En gros c’est ça. J’ai fait pas mal de scènes aussi, parce que j’étais comédienne. Et j’ai aussi écrie des spectacle, des pièces de théâtre.

Je crois que c’est parce que je suis enfant unique. Et quand t’es enfant unique, tu crée des activités etc. Et moi l’écriture ça a toujours été un moyen de communique, un éxutoire tu vois. C’est des pulsion, du coup t’as envie d’écrire quand ça ne va pas, quand ça va bien. Surtout quand ça ne va pas. Et du coup, quand on lit ton texte, je n’ai pas forcément ce à quoi tu pensais quand tu l’a écrit. Et du coup tu veux imager ça, et quand tu veux imager t’arrive à la scène, je sais pas dessiner donc du coup autant interpréter directement. Et voilà, c’est un peu tout ça. Aujourd’hui l’écriture, j’arrive à faire passer les images que j’ai en tête, j’arrive à le faire passer plus ou moin bien dans mes textes.La scène, la photographie et le spectacle sont une manière d’imager ce que j’ai envie de faire passer comme message.

Tout part de l’écriture en fait. Si un jour je me mets à la photographie, ça sera forcément lié à l’écriture. Si je monte sur scène, ça sera forcément pour interpréter quelque chose. Même s’il y a un texte qu’on va m’imposer, si je n’y suis pas semsible… donc il y a toujours un rapport à l’écriture qui est important. Même quand on va clipper quelque chose. Il y a un rapport à l’écriture qui est important. Je vais écouter un son, mais j’ai besoin aussi de lire les paroles. Détachée de la musique, j’ai besoin d’avoir une relation directe avec l’écriture et les mots. Ca c’est certain !

C’est peut-être la manière de s’exprimer la plus puissante et violente pour moi. Le silence. Je suis quelqu’un qui parle énormeément, j’adore parler. Mais quand je parle pas, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Ou alors c’est que je suis dépassée. Même par un sentiment de joie intense, dés fois je ne vais plus réussir à parler et du coup, le silence est pour moi l’apogé de l’émotion. Qu’elle soit triste ou qu’elle soit joyeuse. Du coup, sur scène aussi le silence est important parce que tu tiens les gens en tension. Il y a des moments, quand j’assite à des pièce de théâtre, ces moments ou tout le monde a le souffle coupé. On attend la suite, on est comme ça [interprétation de soufle coupé]. Et puis après ça redescent parce qu’on vient mettre des mots la dessus. T’as limite envie de dire, ALLER ! DIT LE ! Et du coup, c’est vrai que c’est quelque chose que j’utilise énormément (le silence) dans mes textes et dans les préstation aussi que je fais. En tout cas j’essaie, parce que c’est vrai que les silences parfois me font peur aussi. C’est paradoxale. J’adore les silences mais en même temps les silences me font peur et du coup j’ai tendance à parler très vite, à dire plein de choses en même temps etc. Mais c’est vrai que les silence, j’éstime que c’est quelque chose de super important. Et j’y accorde énormément d’importance.

Je suis complètement cinéphile. Moi j’adore le cinéma. Je peux regarder 4-5 films en un jour, il n’y a aucun problème. Parce qu’effectivement, il y a tout. Tu peu y mettre de la musique. Mais on peut aussi faire ça sur une scène de théâtre. Tu peux y mettre de la musique, tu peux y mettre du silence, tu peu y mettre des poèmes. Mais c’est vrai que le cinéma a quelque chose de plus complet. Mais je suis plus sensible au théâtre parce que c’est quelque chose de vivant. C’est à dire que le moment ou tu monte sur scène, c’est à chaque fois une nouvelle expérience. Alors que le cinéma, c’est quelque chose que tu éteint. Une fois que le film est fini, ça y est. L’émotion elle y est figée. Alors que quand tu viens au théâtre, tu y viens avec ce que tu es. Tu es pleinement toi. Si t’as passé une mauvaise journée, si t’as reçu une mauvaise nouvelle ou que sais je. Il va falloir que tu montes sur scène et que tu donne tout. Alors qu’au cinéma, tu coupe. « Ah aujourd’hui je n’suis pas très bien, vas-y on va couper, on refera demain ». Le cinéma me fascine. Mais en tant que spectatrice. par contre le théâtre me fascine en tant qu’actrice. Moi j’adore jouer, j’adore monter sur scène. Et du coup, ce sont deux mondes différents. Mais à choisir, je crois que je préfère le théâtre.

Contenu bientôt disponible.

NE MANQUES PAS LE PROCHAIN ÉPISODE

Inscris toi à ma Newsletter mensuelle pour ne pas manquer les épisode de Journey Of A Beat. Tout comme toi, je déteste les spams. Donc je ne t’enverrais pas plus d’Emails que nécessaire. Tu pourras d’ailleurs annuler ton inscription à tout moment.

Épisodes similaires

Neosaka

Neo'saka

Neo’saka est un jeune rappeur basé dans la ville de Mons. C’est en surprenant un de ses amis entrain d’écrire un texte de rap qu’il décida par curiosité de s’y essayer lui aussi . Depuis ce jour, la passion ne l’a pas quittée.

Extrait de la chanson de Neo’saka

CRÉDITS :
ÉMISSION JOURNEY OF A BEAT (EP.29) COMPOSITEUR MESSOINS ARTISTE NEO’SAKA RÉAL/ÉDITING MESSOINS PRODUCTION BEAUXSONS

SUIS NEO’SAKA

Ses projets

NeoSaka Shelter
Shelter (2018)

Meet The Artist

Interview pour décrouvrir la personne derrière l’artiste.

Lire la vidéo

Donc, moi c’est Yousra. Je suis une membre active du médias Alohanews. Je suis éducatrice de formation : éducatrice spécialisée. Et j’ai un faible pour l’écriture. En gros c’est ça. J’ai fait pas mal de scènes aussi, parce que j’étais comédienne. Et j’ai aussi écrie des spectacle, des pièces de théâtre.

Je crois que c’est parce que je suis enfant unique. Et quand t’es enfant unique, tu crée des activités etc. Et moi l’écriture ça a toujours été un moyen de communique, un éxutoire tu vois. C’est des pulsion, du coup t’as envie d’écrire quand ça ne va pas, quand ça va bien. Surtout quand ça ne va pas. Et du coup, quand on lit ton texte, je n’ai pas forcément ce à quoi tu pensais quand tu l’a écrit. Et du coup tu veux imager ça, et quand tu veux imager t’arrive à la scène, je sais pas dessiner donc du coup autant interpréter directement. Et voilà, c’est un peu tout ça. Aujourd’hui l’écriture, j’arrive à faire passer les images que j’ai en tête, j’arrive à le faire passer plus ou moin bien dans mes textes.La scène, la photographie et le spectacle sont une manière d’imager ce que j’ai envie de faire passer comme message.

Tout part de l’écriture en fait. Si un jour je me mets à la photographie, ça sera forcément lié à l’écriture. Si je monte sur scène, ça sera forcément pour interpréter quelque chose. Même s’il y a un texte qu’on va m’imposer, si je n’y suis pas semsible… donc il y a toujours un rapport à l’écriture qui est important. Même quand on va clipper quelque chose. Il y a un rapport à l’écriture qui est important. Je vais écouter un son, mais j’ai besoin aussi de lire les paroles. Détachée de la musique, j’ai besoin d’avoir une relation directe avec l’écriture et les mots. Ca c’est certain !

C’est peut-être la manière de s’exprimer la plus puissante et violente pour moi. Le silence. Je suis quelqu’un qui parle énormeément, j’adore parler. Mais quand je parle pas, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Ou alors c’est que je suis dépassée. Même par un sentiment de joie intense, dés fois je ne vais plus réussir à parler et du coup, le silence est pour moi l’apogé de l’émotion. Qu’elle soit triste ou qu’elle soit joyeuse. Du coup, sur scène aussi le silence est important parce que tu tiens les gens en tension. Il y a des moments, quand j’assite à des pièce de théâtre, ces moments ou tout le monde a le souffle coupé. On attend la suite, on est comme ça [interprétation de soufle coupé]. Et puis après ça redescent parce qu’on vient mettre des mots la dessus. T’as limite envie de dire, ALLER ! DIT LE ! Et du coup, c’est vrai que c’est quelque chose que j’utilise énormément (le silence) dans mes textes et dans les préstation aussi que je fais. En tout cas j’essaie, parce que c’est vrai que les silences parfois me font peur aussi. C’est paradoxale. J’adore les silences mais en même temps les silences me font peur et du coup j’ai tendance à parler très vite, à dire plein de choses en même temps etc. Mais c’est vrai que les silence, j’éstime que c’est quelque chose de super important. Et j’y accorde énormément d’importance.

Je suis complètement cinéphile. Moi j’adore le cinéma. Je peux regarder 4-5 films en un jour, il n’y a aucun problème. Parce qu’effectivement, il y a tout. Tu peu y mettre de la musique. Mais on peut aussi faire ça sur une scène de théâtre. Tu peux y mettre de la musique, tu peux y mettre du silence, tu peu y mettre des poèmes. Mais c’est vrai que le cinéma a quelque chose de plus complet. Mais je suis plus sensible au théâtre parce que c’est quelque chose de vivant. C’est à dire que le moment ou tu monte sur scène, c’est à chaque fois une nouvelle expérience. Alors que le cinéma, c’est quelque chose que tu éteint. Une fois que le film est fini, ça y est. L’émotion elle y est figée. Alors que quand tu viens au théâtre, tu y viens avec ce que tu es. Tu es pleinement toi. Si t’as passé une mauvaise journée, si t’as reçu une mauvaise nouvelle ou que sais je. Il va falloir que tu montes sur scène et que tu donne tout. Alors qu’au cinéma, tu coupe. « Ah aujourd’hui je n’suis pas très bien, vas-y on va couper, on refera demain ». Le cinéma me fascine. Mais en tant que spectatrice. par contre le théâtre me fascine en tant qu’actrice. Moi j’adore jouer, j’adore monter sur scène. Et du coup, ce sont deux mondes différents. Mais à choisir, je crois que je préfère le théâtre.

Contenu bientôt disponible.

NE MANQUES PAS LE PROCHAIN ÉPISODE

Inscris toi à ma Newsletter mensuelle pour ne pas manquer les épisode de Journey Of A Beat. Tout comme toi, je déteste les spams. Donc je ne t’enverrais pas plus d’Emails que nécessaire. Tu pourras d’ailleurs annuler ton inscription à tout moment.

Épisodes similaires

Kavena Gomos

Kavena Gomos / Le Dauphin Poète

Kavena Gomos est un poète de la ville de Bruxelles. Reconnaissable à sa plume fine, en beauté et décomplexée. Il suffit de le voir réciter ses vers pour comprendre qu’il vit émotionnellement ses écrits. Son thème de prédilection est la beauté de la femme noir, l’amour sous tout ses aspect et les injustices de ce monde. 

Extrait de la chanson de Kavena Gomos

CRÉDITS :
ÉMISSION JOURNEY OF A BEAT (EP.28) COMPOSITEUR MESSOINS ARTISTE KAVENA GOMOS RÉAL/ÉDITING MESSOINS PARTENAIRES DE DIFFUSION ALOHANEWS & CHASE PRODUCTION BEAUXSONS

Ses projets

Kavena Gomos Fuego Vol.2
Fuego Vol.2 (2018)
Kavena Gomos Fuego Vol.1
Fuego Vol.1 (2017)

Meet The Artist

Interview pour décrouvrir la personne derrière l’artiste.

Lire la vidéo

Donc, moi c’est Yousra. Je suis une membre active du médias Alohanews. Je suis éducatrice de formation : éducatrice spécialisée. Et j’ai un faible pour l’écriture. En gros c’est ça. J’ai fait pas mal de scènes aussi, parce que j’étais comédienne. Et j’ai aussi écrie des spectacle, des pièces de théâtre.

Je crois que c’est parce que je suis enfant unique. Et quand t’es enfant unique, tu crée des activités etc. Et moi l’écriture ça a toujours été un moyen de communique, un éxutoire tu vois. C’est des pulsion, du coup t’as envie d’écrire quand ça ne va pas, quand ça va bien. Surtout quand ça ne va pas. Et du coup, quand on lit ton texte, je n’ai pas forcément ce à quoi tu pensais quand tu l’a écrit. Et du coup tu veux imager ça, et quand tu veux imager t’arrive à la scène, je sais pas dessiner donc du coup autant interpréter directement. Et voilà, c’est un peu tout ça. Aujourd’hui l’écriture, j’arrive à faire passer les images que j’ai en tête, j’arrive à le faire passer plus ou moin bien dans mes textes.La scène, la photographie et le spectacle sont une manière d’imager ce que j’ai envie de faire passer comme message.

Tout part de l’écriture en fait. Si un jour je me mets à la photographie, ça sera forcément lié à l’écriture. Si je monte sur scène, ça sera forcément pour interpréter quelque chose. Même s’il y a un texte qu’on va m’imposer, si je n’y suis pas semsible… donc il y a toujours un rapport à l’écriture qui est important. Même quand on va clipper quelque chose. Il y a un rapport à l’écriture qui est important. Je vais écouter un son, mais j’ai besoin aussi de lire les paroles. Détachée de la musique, j’ai besoin d’avoir une relation directe avec l’écriture et les mots. Ca c’est certain !

C’est peut-être la manière de s’exprimer la plus puissante et violente pour moi. Le silence. Je suis quelqu’un qui parle énormeément, j’adore parler. Mais quand je parle pas, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Ou alors c’est que je suis dépassée. Même par un sentiment de joie intense, dés fois je ne vais plus réussir à parler et du coup, le silence est pour moi l’apogé de l’émotion. Qu’elle soit triste ou qu’elle soit joyeuse. Du coup, sur scène aussi le silence est important parce que tu tiens les gens en tension. Il y a des moments, quand j’assite à des pièce de théâtre, ces moments ou tout le monde a le souffle coupé. On attend la suite, on est comme ça [interprétation de soufle coupé]. Et puis après ça redescent parce qu’on vient mettre des mots la dessus. T’as limite envie de dire, ALLER ! DIT LE ! Et du coup, c’est vrai que c’est quelque chose que j’utilise énormément (le silence) dans mes textes et dans les préstation aussi que je fais. En tout cas j’essaie, parce que c’est vrai que les silences parfois me font peur aussi. C’est paradoxale. J’adore les silences mais en même temps les silences me font peur et du coup j’ai tendance à parler très vite, à dire plein de choses en même temps etc. Mais c’est vrai que les silence, j’éstime que c’est quelque chose de super important. Et j’y accorde énormément d’importance.

Je suis complètement cinéphile. Moi j’adore le cinéma. Je peux regarder 4-5 films en un jour, il n’y a aucun problème. Parce qu’effectivement, il y a tout. Tu peu y mettre de la musique. Mais on peut aussi faire ça sur une scène de théâtre. Tu peux y mettre de la musique, tu peux y mettre du silence, tu peu y mettre des poèmes. Mais c’est vrai que le cinéma a quelque chose de plus complet. Mais je suis plus sensible au théâtre parce que c’est quelque chose de vivant. C’est à dire que le moment ou tu monte sur scène, c’est à chaque fois une nouvelle expérience. Alors que le cinéma, c’est quelque chose que tu éteint. Une fois que le film est fini, ça y est. L’émotion elle y est figée. Alors que quand tu viens au théâtre, tu y viens avec ce que tu es. Tu es pleinement toi. Si t’as passé une mauvaise journée, si t’as reçu une mauvaise nouvelle ou que sais je. Il va falloir que tu montes sur scène et que tu donne tout. Alors qu’au cinéma, tu coupe. « Ah aujourd’hui je n’suis pas très bien, vas-y on va couper, on refera demain ». Le cinéma me fascine. Mais en tant que spectatrice. par contre le théâtre me fascine en tant qu’actrice. Moi j’adore jouer, j’adore monter sur scène. Et du coup, ce sont deux mondes différents. Mais à choisir, je crois que je préfère le théâtre.

Contenu bientôt disponible.

NE MANQUES PAS LE PROCHAIN ÉPISODE

Inscris toi à ma Newsletter mensuelle pour ne pas manquer les épisode de Journey Of A Beat. Tout comme toi, je déteste les spams. Donc je ne t’enverrais pas plus d’Emails que nécessaire. Tu pourras d’ailleurs annuler ton inscription à tout moment.

Épisodes similaires

Estelle Baldé

Estelle Baldé

Estelle Baldé est une chanteuse Bruxelloise à la voix et aux mots doux, un peu comme un soleil d’été qui réchauffe une joue habituée à l’ombre. C’est en prenant des cours de guitare bossa nova qu’elle s’est découverte une passion pour la musique. Poussée par son entourage, elle commence à écrire et composer ses propres chanson. Voici une fenêtre ouverte sur son univers musical.

Extrait de la chanson d’Estelle Baldé

CRÉDITS :
ÉMISSION JOURNEY OF A BEAT (EP.27) COMPOSITEUR MESSOINS ARTISTE ESTELLE BALDÉ GUITARISTE KRIS ZOLA RÉAL/ÉDITING MESSOINS PARTENAIRES DE DIFFUSION ALOHANEWS & CHASE PRODUCTION BEAUXSONS

Meet The Artist

Interview pour décrouvrir la personne derrière l’artiste.

Mon nom d’artiste c’est Estelle Baldé. J’ai choisis ça parce que… premièrement je suis fière de mon prénom et mon nom de famille. Ca montre bien mon métissage d’une certaine manière : un prénom européen et un nom de famille guinéen.

A l’âge de 14 ans j’ai commencé avec des cours de gutares. Avec un très bon prof qui m’a transmit sa passion pour la Bossa Nova principalement. C’est lui qui m’a fait découvrir ma voix en quelques sortes parce qu’avant ça, j’aimais bien chanter mais sans plus. Et puis, on a travaillé une première chanson : « Like a start » de Corinne Bailey Rae. Et puis à partir de ça, il m’a vraiment encouragé à continuer à chanter. Mais j’avais honte, du coup je me cachais, je jouais dans ma chambre et personne ne savais dans la famille ou les amis que je chantais. Ni que je jouais vraiment à la guitare. Et puis, quelques années plus tard, j’ai fais la connaissance de plusieurs personnes. Qui sont devenu de très bon amis. Et qui m’ont un peu introduit dans le monde de la musique. Et je suis partie faire des JAM. C’est comme ça que je me suis découvertes une passion pour la musique. 

A partir du premier Live que j’ai fait à Molenbeek. Avec Alohanews. L’événement s’appellait « Open Soul ». Là j’avais interprété deux covers et c’était la première fois que je jouais devant des gens et que je montrais que j’aimais chanter, jouer à la guitard etc. Et puis après ça j’ai été contactée par quelques personnes et c’est comme ça que de fil en aigue j’ai finie par faire ça de manière plus sérieuse. Et je pense, un mois plus tard, j’ai écris ma première chanson. Pendant le blocus.. parce que j’avais que ça à faire, écrire une chanson [rire]. 

La première chanson que j’ai écrite : « Désirs du coeur ». Là c’était les accords. J’étais entrain de jouer des accords Bossa Nova et puis la mélodie est venue après. Puis les paroles. Et la deuxième chanson : « Le bon choix ». J’avais envie de faire un truc très Soul. Du coup j’ai cherchée des accords et une façon de jouer différente à la guitare. Et puis les paroles sont venus. Et la troisième, là c’était l’inverse. J’étais dans la voiture avec des amies et de la famille. J’avais une phrase qui revenait constamment. Je l’ai laissée comme ça pendant plusieurs mois. Et un jour, en allant chez ma meilleur amie. Je lui ai chanté ça puis elle m’a dit « Ah 😮 mais ça me fait trop penser à ça et ça puis ça et je vois déjà le visuel » [rire]. Du coup j’ai commencé à l’écrire et j’ai fais ça en une traite. 

Je suis complètement cinéphile. Moi j’adore le cinéma. Je peux regarder 4-5 films en un jour, il n’y a aucun problème. Parce qu’effectivement, il y a tout. Tu peu y mettre de la musique. Mais on peut aussi faire ça sur une scène de théâtre. Tu peux y mettre de la musique, tu peux y mettre du silence, tu peu y mettre des poèmes. Mais c’est vrai que le cinéma a quelque chose de plus complet. Mais je suis plus sensible au théâtre parce que c’est quelque chose de vivant. C’est à dire que le moment ou tu monte sur scène, c’est à chaque fois une nouvelle expérience. Alors que le cinéma, c’est quelque chose que tu éteint. Une fois que le film est fini, ça y est. L’émotion elle y est figée. Alors que quand tu viens au théâtre, tu y viens avec ce que tu es. Tu es pleinement toi. Si t’as passé une mauvaise journée, si t’as reçu une mauvaise nouvelle ou que sais je. Il va falloir que tu montes sur scène et que tu donne tout. Alors qu’au cinéma, tu coupe. « Ah aujourd’hui je n’suis pas très bien, vas-y on va couper, on refera demain ». Le cinéma me fascine. Mais en tant que spectatrice. par contre le théâtre me fascine en tant qu’actrice. Moi j’adore jouer, j’adore monter sur scène. Et du coup, ce sont deux mondes différents. Mais à choisir, je crois que je préfère le théâtre.

Contenu bientôt disponible.

NE MANQUES PAS LE PROCHAIN ÉPISODE

Inscris toi à ma Newsletter mensuelle pour ne pas manquer les épisode de Journey Of A Beat. Tout comme toi, je déteste les spams. Donc je ne t’enverrais pas plus d’Emails que nécessaire. Tu pourras d’ailleurs annuler ton inscription à tout moment.

Épisodes similaires

Ritchy Boy

Ritchy Boy

Ritchy Boy est un rappeur et chanteur qui fait souvent parler de lui sur instagram grâce à ses nombreuses victoires au concours 1minute2rap. En dehors de ça, c’est un artiste complet qui produit entièrement sa musique. Il fait partie des rares magiciens qui ont su transformer leurs amour du R&B et du Hiphop américain, en une identité musicale unique qui plait à un nombre croissant d’auditeur joicif.  

Extrait de la chanson de Ritchy Boy

CRÉDITS :
ÉMISSION JOURNEY OF A BEAT (EP.26) COMPOSITEUR MESSOINS ARTISTE RITCHY BOY RÉAL/ÉDITING MESSOINS PARTENAIRES DE DIFFUSION ALOHANEWS & CHASE PRODUCTION BEAUXSONS

Ses projets

J'arrête ou pas ? (2016)

Meet The Artist

Interview pour décrouvrir la personne derrière l’artiste.

Lire la vidéo

Donc, moi c’est Yousra. Je suis une membre active du médias Alohanews. Je suis éducatrice de formation : éducatrice spécialisée. Et j’ai un faible pour l’écriture. En gros c’est ça. J’ai fait pas mal de scènes aussi, parce que j’étais comédienne. Et j’ai aussi écrie des spectacle, des pièces de théâtre.

Je crois que c’est parce que je suis enfant unique. Et quand t’es enfant unique, tu crée des activités etc. Et moi l’écriture ça a toujours été un moyen de communique, un éxutoire tu vois. C’est des pulsion, du coup t’as envie d’écrire quand ça ne va pas, quand ça va bien. Surtout quand ça ne va pas. Et du coup, quand on lit ton texte, je n’ai pas forcément ce à quoi tu pensais quand tu l’a écrit. Et du coup tu veux imager ça, et quand tu veux imager t’arrive à la scène, je sais pas dessiner donc du coup autant interpréter directement. Et voilà, c’est un peu tout ça. Aujourd’hui l’écriture, j’arrive à faire passer les images que j’ai en tête, j’arrive à le faire passer plus ou moin bien dans mes textes.La scène, la photographie et le spectacle sont une manière d’imager ce que j’ai envie de faire passer comme message.

Tout part de l’écriture en fait. Si un jour je me mets à la photographie, ça sera forcément lié à l’écriture. Si je monte sur scène, ça sera forcément pour interpréter quelque chose. Même s’il y a un texte qu’on va m’imposer, si je n’y suis pas semsible… donc il y a toujours un rapport à l’écriture qui est important. Même quand on va clipper quelque chose. Il y a un rapport à l’écriture qui est important. Je vais écouter un son, mais j’ai besoin aussi de lire les paroles. Détachée de la musique, j’ai besoin d’avoir une relation directe avec l’écriture et les mots. Ca c’est certain !

C’est peut-être la manière de s’exprimer la plus puissante et violente pour moi. Le silence. Je suis quelqu’un qui parle énormeément, j’adore parler. Mais quand je parle pas, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Ou alors c’est que je suis dépassée. Même par un sentiment de joie intense, dés fois je ne vais plus réussir à parler et du coup, le silence est pour moi l’apogé de l’émotion. Qu’elle soit triste ou qu’elle soit joyeuse. Du coup, sur scène aussi le silence est important parce que tu tiens les gens en tension. Il y a des moments, quand j’assite à des pièce de théâtre, ces moments ou tout le monde a le souffle coupé. On attend la suite, on est comme ça [interprétation de soufle coupé]. Et puis après ça redescent parce qu’on vient mettre des mots la dessus. T’as limite envie de dire, ALLER ! DIT LE ! Et du coup, c’est vrai que c’est quelque chose que j’utilise énormément (le silence) dans mes textes et dans les préstation aussi que je fais. En tout cas j’essaie, parce que c’est vrai que les silences parfois me font peur aussi. C’est paradoxale. J’adore les silences mais en même temps les silences me font peur et du coup j’ai tendance à parler très vite, à dire plein de choses en même temps etc. Mais c’est vrai que les silence, j’éstime que c’est quelque chose de super important. Et j’y accorde énormément d’importance.

Je suis complètement cinéphile. Moi j’adore le cinéma. Je peux regarder 4-5 films en un jour, il n’y a aucun problème. Parce qu’effectivement, il y a tout. Tu peu y mettre de la musique. Mais on peut aussi faire ça sur une scène de théâtre. Tu peux y mettre de la musique, tu peux y mettre du silence, tu peu y mettre des poèmes. Mais c’est vrai que le cinéma a quelque chose de plus complet. Mais je suis plus sensible au théâtre parce que c’est quelque chose de vivant. C’est à dire que le moment ou tu monte sur scène, c’est à chaque fois une nouvelle expérience. Alors que le cinéma, c’est quelque chose que tu éteint. Une fois que le film est fini, ça y est. L’émotion elle y est figée. Alors que quand tu viens au théâtre, tu y viens avec ce que tu es. Tu es pleinement toi. Si t’as passé une mauvaise journée, si t’as reçu une mauvaise nouvelle ou que sais je. Il va falloir que tu montes sur scène et que tu donne tout. Alors qu’au cinéma, tu coupe. « Ah aujourd’hui je n’suis pas très bien, vas-y on va couper, on refera demain ». Le cinéma me fascine. Mais en tant que spectatrice. par contre le théâtre me fascine en tant qu’actrice. Moi j’adore jouer, j’adore monter sur scène. Et du coup, ce sont deux mondes différents. Mais à choisir, je crois que je préfère le théâtre.

Contenu bientôt disponible.

NE MANQUES PAS LE PROCHAIN ÉPISODE

Inscris toi à ma Newsletter mensuelle pour ne pas manquer les épisode de Journey Of A Beat. Tout comme toi, je déteste les spams. Donc je ne t’enverrais pas plus d’Emails que nécessaire. Tu pourras d’ailleurs annuler ton inscription à tout moment.

Épisodes similaires

Eden Ice

Eden Ice

Eden Ice est un artiste à la plume voyageuse. Il emporte ses auditeurs dans un story telling qui n’a pas de frontière esthétique. Qu’on soit sur de la trap ou du boom-bap, Eden Ice jongle avec les mots, fait des sauts dans le passé puis des projections dans le futur pour dessiner dans notre imaginaire, des images presque vivante. 

Extrait de la chanson d’Eden Ice

CRÉDITS :
ÉMISSION JOURNEY OF A BEAT (EP.25) COMPOSITEUR MESSOINS ARTISTE EDEN ICE RÉAL/ÉDITING MESSOINS PARTENAIRES DE DIFFUSION ALOHANEWS & CHASE PRODUCTION BEAUXSONS

Ses projets

Eden Ice - Il était une fois
Il était une fois (2017)

Meet The Artist

Interview pour décrouvrir la personne derrière l’artiste.

Lire la vidéo

Donc, moi c’est Yousra. Je suis une membre active du médias Alohanews. Je suis éducatrice de formation : éducatrice spécialisée. Et j’ai un faible pour l’écriture. En gros c’est ça. J’ai fait pas mal de scènes aussi, parce que j’étais comédienne. Et j’ai aussi écrie des spectacle, des pièces de théâtre.

Je crois que c’est parce que je suis enfant unique. Et quand t’es enfant unique, tu crée des activités etc. Et moi l’écriture ça a toujours été un moyen de communique, un éxutoire tu vois. C’est des pulsion, du coup t’as envie d’écrire quand ça ne va pas, quand ça va bien. Surtout quand ça ne va pas. Et du coup, quand on lit ton texte, je n’ai pas forcément ce à quoi tu pensais quand tu l’a écrit. Et du coup tu veux imager ça, et quand tu veux imager t’arrive à la scène, je sais pas dessiner donc du coup autant interpréter directement. Et voilà, c’est un peu tout ça. Aujourd’hui l’écriture, j’arrive à faire passer les images que j’ai en tête, j’arrive à le faire passer plus ou moin bien dans mes textes.La scène, la photographie et le spectacle sont une manière d’imager ce que j’ai envie de faire passer comme message.

Tout part de l’écriture en fait. Si un jour je me mets à la photographie, ça sera forcément lié à l’écriture. Si je monte sur scène, ça sera forcément pour interpréter quelque chose. Même s’il y a un texte qu’on va m’imposer, si je n’y suis pas semsible… donc il y a toujours un rapport à l’écriture qui est important. Même quand on va clipper quelque chose. Il y a un rapport à l’écriture qui est important. Je vais écouter un son, mais j’ai besoin aussi de lire les paroles. Détachée de la musique, j’ai besoin d’avoir une relation directe avec l’écriture et les mots. Ca c’est certain !

C’est peut-être la manière de s’exprimer la plus puissante et violente pour moi. Le silence. Je suis quelqu’un qui parle énormeément, j’adore parler. Mais quand je parle pas, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Ou alors c’est que je suis dépassée. Même par un sentiment de joie intense, dés fois je ne vais plus réussir à parler et du coup, le silence est pour moi l’apogé de l’émotion. Qu’elle soit triste ou qu’elle soit joyeuse. Du coup, sur scène aussi le silence est important parce que tu tiens les gens en tension. Il y a des moments, quand j’assite à des pièce de théâtre, ces moments ou tout le monde a le souffle coupé. On attend la suite, on est comme ça [interprétation de soufle coupé]. Et puis après ça redescent parce qu’on vient mettre des mots la dessus. T’as limite envie de dire, ALLER ! DIT LE ! Et du coup, c’est vrai que c’est quelque chose que j’utilise énormément (le silence) dans mes textes et dans les préstation aussi que je fais. En tout cas j’essaie, parce que c’est vrai que les silences parfois me font peur aussi. C’est paradoxale. J’adore les silences mais en même temps les silences me font peur et du coup j’ai tendance à parler très vite, à dire plein de choses en même temps etc. Mais c’est vrai que les silence, j’éstime que c’est quelque chose de super important. Et j’y accorde énormément d’importance.

Je suis complètement cinéphile. Moi j’adore le cinéma. Je peux regarder 4-5 films en un jour, il n’y a aucun problème. Parce qu’effectivement, il y a tout. Tu peu y mettre de la musique. Mais on peut aussi faire ça sur une scène de théâtre. Tu peux y mettre de la musique, tu peux y mettre du silence, tu peu y mettre des poèmes. Mais c’est vrai que le cinéma a quelque chose de plus complet. Mais je suis plus sensible au théâtre parce que c’est quelque chose de vivant. C’est à dire que le moment ou tu monte sur scène, c’est à chaque fois une nouvelle expérience. Alors que le cinéma, c’est quelque chose que tu éteint. Une fois que le film est fini, ça y est. L’émotion elle y est figée. Alors que quand tu viens au théâtre, tu y viens avec ce que tu es. Tu es pleinement toi. Si t’as passé une mauvaise journée, si t’as reçu une mauvaise nouvelle ou que sais je. Il va falloir que tu montes sur scène et que tu donne tout. Alors qu’au cinéma, tu coupe. « Ah aujourd’hui je n’suis pas très bien, vas-y on va couper, on refera demain ». Le cinéma me fascine. Mais en tant que spectatrice. par contre le théâtre me fascine en tant qu’actrice. Moi j’adore jouer, j’adore monter sur scène. Et du coup, ce sont deux mondes différents. Mais à choisir, je crois que je préfère le théâtre.

Contenu bientôt disponible.

NE MANQUES PAS LE PROCHAIN ÉPISODE

Inscris toi à ma Newsletter mensuelle pour ne pas manquer les épisode de Journey Of A Beat. Tout comme toi, je déteste les spams. Donc je ne t’enverrais pas plus d’Emails que nécessaire. Tu pourras d’ailleurs annuler ton inscription à tout moment.

Épisodes similaires

John Doe

John Doe "poète disparu"

John doe “poète disparu” est un rappeur basé dans la ville de Mons. Il a commencé à faire parler de lui en 2014, à la sortie de plusieurs EP dont notamment “SMSVNEPF” et “Sunny Moon”. Au fil des projets, il a affiné son style pour développer une musicalité qui lui est propre. Il fait clairement parti des artistes émergent de cette année 2018.

Extrait de la chanson de John Doe

CRÉDITS :
ÉMISSION JOURNEY OF A BEAT (EP.24) COMPOSITEUR MESSOINS ARTISTE JOHN DOE « POÈTE DISPARU » RÉAL/ÉDITING MESSOINS PRODUCTION BEAUXSONS PARTENAIRES DE DIFFUSSION ALOHANEWS & CHASE VIDÉO RELAYÉE PAR ABLETON

Ses projets

John Doe Poete Disparu - Rose Pale
Rose Pâle
John Doe Poete Disparu - Poete disparu
Poète disparu
John Doe Poete Disparu - Con(fus) & F(l)ou
Con(fus) & F(l)ou
John Doe Poete Disparu - Sunny Moon
Sunny Moon
John Doe Poete Disparu - SMSVNEPF
SMSVNEPF

Meet The Artist

Interview pour décrouvrir la personne derrière l’artiste.

Lire la vidéo

Donc, moi c’est Yousra. Je suis une membre active du médias Alohanews. Je suis éducatrice de formation : éducatrice spécialisée. Et j’ai un faible pour l’écriture. En gros c’est ça. J’ai fait pas mal de scènes aussi, parce que j’étais comédienne. Et j’ai aussi écrie des spectacle, des pièces de théâtre.

Je crois que c’est parce que je suis enfant unique. Et quand t’es enfant unique, tu crée des activités etc. Et moi l’écriture ça a toujours été un moyen de communique, un éxutoire tu vois. C’est des pulsion, du coup t’as envie d’écrire quand ça ne va pas, quand ça va bien. Surtout quand ça ne va pas. Et du coup, quand on lit ton texte, je n’ai pas forcément ce à quoi tu pensais quand tu l’a écrit. Et du coup tu veux imager ça, et quand tu veux imager t’arrive à la scène, je sais pas dessiner donc du coup autant interpréter directement. Et voilà, c’est un peu tout ça. Aujourd’hui l’écriture, j’arrive à faire passer les images que j’ai en tête, j’arrive à le faire passer plus ou moin bien dans mes textes.La scène, la photographie et le spectacle sont une manière d’imager ce que j’ai envie de faire passer comme message.

Tout part de l’écriture en fait. Si un jour je me mets à la photographie, ça sera forcément lié à l’écriture. Si je monte sur scène, ça sera forcément pour interpréter quelque chose. Même s’il y a un texte qu’on va m’imposer, si je n’y suis pas semsible… donc il y a toujours un rapport à l’écriture qui est important. Même quand on va clipper quelque chose. Il y a un rapport à l’écriture qui est important. Je vais écouter un son, mais j’ai besoin aussi de lire les paroles. Détachée de la musique, j’ai besoin d’avoir une relation directe avec l’écriture et les mots. Ca c’est certain !

C’est peut-être la manière de s’exprimer la plus puissante et violente pour moi. Le silence. Je suis quelqu’un qui parle énormeément, j’adore parler. Mais quand je parle pas, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Ou alors c’est que je suis dépassée. Même par un sentiment de joie intense, dés fois je ne vais plus réussir à parler et du coup, le silence est pour moi l’apogé de l’émotion. Qu’elle soit triste ou qu’elle soit joyeuse. Du coup, sur scène aussi le silence est important parce que tu tiens les gens en tension. Il y a des moments, quand j’assite à des pièce de théâtre, ces moments ou tout le monde a le souffle coupé. On attend la suite, on est comme ça [interprétation de soufle coupé]. Et puis après ça redescent parce qu’on vient mettre des mots la dessus. T’as limite envie de dire, ALLER ! DIT LE ! Et du coup, c’est vrai que c’est quelque chose que j’utilise énormément (le silence) dans mes textes et dans les préstation aussi que je fais. En tout cas j’essaie, parce que c’est vrai que les silences parfois me font peur aussi. C’est paradoxale. J’adore les silences mais en même temps les silences me font peur et du coup j’ai tendance à parler très vite, à dire plein de choses en même temps etc. Mais c’est vrai que les silence, j’éstime que c’est quelque chose de super important. Et j’y accorde énormément d’importance.

Je suis complètement cinéphile. Moi j’adore le cinéma. Je peux regarder 4-5 films en un jour, il n’y a aucun problème. Parce qu’effectivement, il y a tout. Tu peu y mettre de la musique. Mais on peut aussi faire ça sur une scène de théâtre. Tu peux y mettre de la musique, tu peux y mettre du silence, tu peu y mettre des poèmes. Mais c’est vrai que le cinéma a quelque chose de plus complet. Mais je suis plus sensible au théâtre parce que c’est quelque chose de vivant. C’est à dire que le moment ou tu monte sur scène, c’est à chaque fois une nouvelle expérience. Alors que le cinéma, c’est quelque chose que tu éteint. Une fois que le film est fini, ça y est. L’émotion elle y est figée. Alors que quand tu viens au théâtre, tu y viens avec ce que tu es. Tu es pleinement toi. Si t’as passé une mauvaise journée, si t’as reçu une mauvaise nouvelle ou que sais je. Il va falloir que tu montes sur scène et que tu donne tout. Alors qu’au cinéma, tu coupe. « Ah aujourd’hui je n’suis pas très bien, vas-y on va couper, on refera demain ». Le cinéma me fascine. Mais en tant que spectatrice. par contre le théâtre me fascine en tant qu’actrice. Moi j’adore jouer, j’adore monter sur scène. Et du coup, ce sont deux mondes différents. Mais à choisir, je crois que je préfère le théâtre.

Contenu bientôt disponible.

NE MANQUES PAS LE PROCHAIN ÉPISODE

Inscris toi à ma Newsletter mensuelle pour ne pas manquer les épisode de Journey Of A Beat. Tout comme toi, je déteste les spams. Donc je ne t’enverrais pas plus d’Emails que nécessaire. Tu pourras d’ailleurs annuler ton inscription à tout moment.

Épisodes similaires

Safranna

Safranna

Safranna est une auteur-interprète montoise. Bercée par de la musique iranienne depuis sa tendre enfance, elle grandi et élargit son écoute avec notamment de la musique Soul et R&B. C’est naturellement qu’elle commencera à s’essayer au chant et à l’écriture. Elle étudie le théâtre à Bruxelles, ce qui l’a aidé à oser partager sa musique et se confronter à un publique.

Extrait de la chanson de Safranna

CRÉDITS :
ÉMISSION JOURNEY OF A BEAT (EP.23) COMPOSITEUR MESSOINS ARTISTE SAFRANNA RÉAL/ÉDITING MESSOINS PARTENAIRES DE DIFFUSION ALOHANEWS & CHASE PRODUCTION BEAUXSONS

Meet The Artist

Interview pour décrouvrir la personne derrière l’artiste.

Lire la vidéo

Donc, moi c’est Yousra. Je suis une membre active du médias Alohanews. Je suis éducatrice de formation : éducatrice spécialisée. Et j’ai un faible pour l’écriture. En gros c’est ça. J’ai fait pas mal de scènes aussi, parce que j’étais comédienne. Et j’ai aussi écrie des spectacle, des pièces de théâtre.

Je crois que c’est parce que je suis enfant unique. Et quand t’es enfant unique, tu crée des activités etc. Et moi l’écriture ça a toujours été un moyen de communique, un éxutoire tu vois. C’est des pulsion, du coup t’as envie d’écrire quand ça ne va pas, quand ça va bien. Surtout quand ça ne va pas. Et du coup, quand on lit ton texte, je n’ai pas forcément ce à quoi tu pensais quand tu l’a écrit. Et du coup tu veux imager ça, et quand tu veux imager t’arrive à la scène, je sais pas dessiner donc du coup autant interpréter directement. Et voilà, c’est un peu tout ça. Aujourd’hui l’écriture, j’arrive à faire passer les images que j’ai en tête, j’arrive à le faire passer plus ou moin bien dans mes textes.La scène, la photographie et le spectacle sont une manière d’imager ce que j’ai envie de faire passer comme message.

Tout part de l’écriture en fait. Si un jour je me mets à la photographie, ça sera forcément lié à l’écriture. Si je monte sur scène, ça sera forcément pour interpréter quelque chose. Même s’il y a un texte qu’on va m’imposer, si je n’y suis pas semsible… donc il y a toujours un rapport à l’écriture qui est important. Même quand on va clipper quelque chose. Il y a un rapport à l’écriture qui est important. Je vais écouter un son, mais j’ai besoin aussi de lire les paroles. Détachée de la musique, j’ai besoin d’avoir une relation directe avec l’écriture et les mots. Ca c’est certain !

C’est peut-être la manière de s’exprimer la plus puissante et violente pour moi. Le silence. Je suis quelqu’un qui parle énormeément, j’adore parler. Mais quand je parle pas, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Ou alors c’est que je suis dépassée. Même par un sentiment de joie intense, dés fois je ne vais plus réussir à parler et du coup, le silence est pour moi l’apogé de l’émotion. Qu’elle soit triste ou qu’elle soit joyeuse. Du coup, sur scène aussi le silence est important parce que tu tiens les gens en tension. Il y a des moments, quand j’assite à des pièce de théâtre, ces moments ou tout le monde a le souffle coupé. On attend la suite, on est comme ça [interprétation de soufle coupé]. Et puis après ça redescent parce qu’on vient mettre des mots la dessus. T’as limite envie de dire, ALLER ! DIT LE ! Et du coup, c’est vrai que c’est quelque chose que j’utilise énormément (le silence) dans mes textes et dans les préstation aussi que je fais. En tout cas j’essaie, parce que c’est vrai que les silences parfois me font peur aussi. C’est paradoxale. J’adore les silences mais en même temps les silences me font peur et du coup j’ai tendance à parler très vite, à dire plein de choses en même temps etc. Mais c’est vrai que les silence, j’éstime que c’est quelque chose de super important. Et j’y accorde énormément d’importance.

Je suis complètement cinéphile. Moi j’adore le cinéma. Je peux regarder 4-5 films en un jour, il n’y a aucun problème. Parce qu’effectivement, il y a tout. Tu peu y mettre de la musique. Mais on peut aussi faire ça sur une scène de théâtre. Tu peux y mettre de la musique, tu peux y mettre du silence, tu peu y mettre des poèmes. Mais c’est vrai que le cinéma a quelque chose de plus complet. Mais je suis plus sensible au théâtre parce que c’est quelque chose de vivant. C’est à dire que le moment ou tu monte sur scène, c’est à chaque fois une nouvelle expérience. Alors que le cinéma, c’est quelque chose que tu éteint. Une fois que le film est fini, ça y est. L’émotion elle y est figée. Alors que quand tu viens au théâtre, tu y viens avec ce que tu es. Tu es pleinement toi. Si t’as passé une mauvaise journée, si t’as reçu une mauvaise nouvelle ou que sais je. Il va falloir que tu montes sur scène et que tu donne tout. Alors qu’au cinéma, tu coupe. « Ah aujourd’hui je n’suis pas très bien, vas-y on va couper, on refera demain ». Le cinéma me fascine. Mais en tant que spectatrice. par contre le théâtre me fascine en tant qu’actrice. Moi j’adore jouer, j’adore monter sur scène. Et du coup, ce sont deux mondes différents. Mais à choisir, je crois que je préfère le théâtre.

Contenu bientôt disponible.

NE MANQUES PAS LE PROCHAIN ÉPISODE

Inscris toi à ma Newsletter mensuelle pour ne pas manquer les épisode de Journey Of A Beat. Tout comme toi, je déteste les spams. Donc je ne t’enverrais pas plus d’Emails que nécessaire. Tu pourras d’ailleurs annuler ton inscription à tout moment.

Épisodes similaires